Recherche...

Au menu du CNFPT : une démarche environnementale et citoyenne

Juillet 2011, le Centre National de la Fonction Publique Territoriale confie sa cuisine et  sa cafétéria aux travailleurs des ateliers de Jemmapes. En partenariat avec Api restauration, ils assurent 250 couverts chaque midi et dix mois après l’ouverture, la satisfaction est toujours à la carte.  

Au menu du CNFPT : une démarche environnementale et citoyenneVincent Potier, Directeur Général du CNFPT

Entrée, plat principal, dessert, boisson, café. Le restaurant du siège social du CNFPT semble offrir à ses convives tout ce qu’il y a de plus classique. Et pourtant, derrière les fourneaux de cet établissement public national, chargé notamment de la formation professionnelle de 1,8 million de fonctionnaires publics, s’agite une équipe de douze travailleurs handicapés, issus des Ateliers de Jemmapes. Et la prestation ne s’arrête pas là. L’ESAT gère également la cafétéria, et est sollicité pour toute une gamme de prestations ponctuelles, « pour des repas le soir lorsque nous avons un séminaire qui nécessite que l’on offre un dîner à nos participants », des repas de travail servis à table, des buffets ou encore « les cafés ainsi qu’éventuellement des viennoiseries et des jus de fruits lors des réunions » explique  Vincent Potier le Directeur Général du CNFPT.

Engagement et valeurs communes

Cette initiative originale est née avant tout d’un positionnement éthique de la part du CNFPT. «C’était un choix, une volonté de contribuer à l’insertion des travailleurs handicapés, une manière de répondre également à une ardente obligation citoyenne et républicaine » expose Vincent Potier. Pour lui, le plus pertinent est donc d’engager le personnel directement au sein du restaurant. Dans les faits, l’établissement monte donc un projet en collaboration avec le Gesat dont il est membre, et réalise « un appel d’offre conforme aux dispositions de l’article 15 du code des marchés publics ». Parmi les prestataires, l’offre conjointe des Ateliers de Jemmapes et d’Api restauration (qui soutient l’Esat dans la gestion du restaurant) est retenue sur « des critères de qualité, d’expérience, de références et d’engagement » explique le directeur général du CNFPT. La question du coût n’étant pas selon lui, le « critère principal ». Car les Ateliers de Jemmapes ont su séduire le CNFPT en proposant une restauration « exigeante d’un point de vu environnemental » avoue Vincent Potier. Produits locaux, frais, de saison, bio, café équitable, préparation des repas économe en énergie et en eau, tri sélectif des déchets, produits ménagers éco-labélisés, un engagement total pour un restaurant éthiquement à la hauteur.

Alchimie

En contribuant à la protection de l’environnement et à l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés, le CNFPT a donc mis les petits plats dans les grands pour faire valoir ses idéaux. Pourtant, la réussite de ce partenariat tient avant tout à l’exaltation des papilles des convives permise par une intégration simple de l’équipe. « Nous avons traité l’accueil du handicap normalement, sans mise en scène ou action particulière. Cela ne nous semblait ni nécessaire ni souhaitable» explique Vincent Potier. Une bienveillance et un naturel qui semblent avoir porté leurs fruits, puisqu’aujourd’hui, le CNFPT salut « le maintien d’un niveau de qualité très satisfaisant et une grande qualité de prestation » et souhaite même étendre ses recours au secteur. Suite logique, le siège vient d’ailleurs de conclure un nouveau marché avec les Ateliers du Bocage pour le recyclage de ses gobelets.

Pour plus d'informations sur l'organisation et les métiers du CNFPT voir son site internet en cliquant ici

Figure dans les rubriques
Blog


HAUT