Recherche...

Capgemini : aller plus loin dans l’engagement.

Le groupe Capgemini, société de conseil, de services informatiques et d’infogérance, également partenaire de longue date du GESAT, mène une politique volontariste en matière d’emploi des travailleurs handicapés. C’est donc tout logiquement qu’il a contribué à la création du futur baromètre du secteur adapté et protégé.

Retour sur cet engagement avec Philippe Braconnier, directeur de la mission handicap du groupe Capgemini.

Capgemini : aller plus loin dans l’engagement.

Quelle est la politique de Capgemini et Sogeti en matière d’emploi des travailleurs handicapés ?

« Tout d’abord, nous contribuons à la formation et la reconversion professionnelle dans nos métiers des personnes handicapées via des partenariats avec des écoles, des universités ou encore des Centres de Réadaptation Professionnelle, notamment en favorisant les stages et l’alternance. Viennent ensuite les axes de recrutement et de maintien dans l’emploi. Nous avons ainsi recruté 170 personnes en situation de handicap ces trois dernières années et recherchons activement à maintenir dans l’emploi nos collaborateurs lorsqu’un problème de santé apparaît ou évolue. Nous contribuons également à l’emploi indirect en développant le recours à la sous-traitance au secteur adapté et protégé. De plus, nous aidons ce secteur à mieux répondre aux besoins des entreprises, notamment via notre partenariat avec le GESAT. Enfin, nous développons l’information et la sensibilisation de nos collaborateurs, notamment pour faire face aux stéréotypes ».

Votre politique de recours au secteur adapté et protégé est donc globale. Pourtant, votre positionnement ne se cantonne pas à votre rôle d’acheteur.

« Effectivement, nous faisons acte de volontarisme vis-à-vis du secteur adapté et protégé. Nous souhaitons, plutôt que de nous comporter comme des consommateurs, opérer comme des acteurs qui aident les ESAT et EA. Nous souhaitons « faire ensemble ». Dans cette logique nous agissons donc sur deux volets. Pour le premier, il s’agit du recours direct au secteur. Notre chiffre d’affaires est ainsi monté à deux millions sur trois ans et nous sommes passés de 4 à 60 prestataires. Le second volet est le soutien des établissements dans leurs investissements et dans la formation des usagers. Nous avons ainsi accompagné des projets innovants comme la création d’une EA dans notre secteur d’activité ou encore l’élaboration du référentiel NF X50-842 destiné à faciliter les relations économiques entre le secteur protégé et adapté et le secteur ordinaire. Depuis que nous travaillons avec le secteur, nous avons noté une réelle volonté de progresser pour mieux répondre aux besoins des entreprises. Nous souhaitons accompagner cette démarche vers plus de maturité et pour cela il faut parfois pouvoir donner un coup de pouce financier aux établissements pour les aider à construire leur offre ».

Dans cette logique, Capgemini et Sogeti financent le Baromètre économique qui concourt à l’Observatoire du secteur adapté et protégé. Un projet qui sera présenté le 6 juin 2013 à l’occasion des 30 ans du GESAT. Pourquoi ce soutien ?

« Dans la poursuite de notre logique volontariste et active, il nous a paru tout à fait naturel de travailler à ce projet. Ce baromètre va permettre au secteur protégé et adapté de renforcer sa visibilité sur le marché, d’identifier ses forces et ses faiblesses et donc de s’améliorer. Du côté des entreprises, cela va leur permettre de mieux comprendre et appréhender les spécificités du secteur pour développer leur politique d’achats au secteur protégé et adapté. C’est donc pour nous une relation gagnant-gagnant. C’est en effet un outil qui va faire progresser à la fois les entreprises et le secteur adapté et protégé en permettant à chaque acteur de s’adapter de mieux en mieux à l’autre, ce qui est d’autant plus nécessaire en période de crise ».

Voir la politique RSE et Handicap de Capgemini
Figure dans les rubriques
Blog
Initiatives d'entreprises


HAUT