Recherche...

EA STI - GRAND PRIX 2011 TROPHEES DES PRESTATIONS HANDIRESPONSABLES

Une entreprise adaptée qui cartonne!

Adaptation, accompagnement, coopération... Sur ces trois aspects, l'entreprise adaptée STI (Social Travail Innovation) de Loudun (Vienne) a de quoi en remontrer. C'est sans doute pourquoi elle a obtenu le Grand Prix des Trophées HandiResponsables.

EA STI - GRAND PRIX 2011 TROPHEES DES PRESTATIONS HANDIRESPONSABLESLes lauréats avec Madame Marie-Anne Montchamp, Secrétaire d'Etat

De l'Esat à l'EA

Voilà de nombreuses années que Jean-Louis Breton travaille dans le monde du handicap. Directeur d'une association qui gère plusieurs foyers et un Esat, il constate que dans ce dernier certains travailleurs aspirent à plus d'autonomie... mais sans pouvoir cependant aller dans le milieu ordinaire. Qu'à cela ne tienne, pour répondre à ce problème, son association décide de créer une entreprise adaptée sous forme associative en 2001 (qui se transformera en Sarl en 2007). C'est ainsi qu'est née STI qui réalise des conditionnements, de la mécano-soudure, des équipements ferroviaires ou des bougies tests pour des entreprises du département. « Nous sommes 49 personnes à y travailler » explique Jean-Louis Breton, qui précise, seulement si on le lui demande spécifiquement : « ...dont 44 personnes en situation de handicap. »

Une histoire de sous-traitant mal traité...

Un certain nombre d'Esat du secteur fabriquait à l'époque des poubelles en carton pour les avions d'Air France. Ils n'étaient alors que les sous-traitants d'un cartonnier qui traitait directement avec la compagnie aérienne, et qui tirait les prix vers le bas... Une information qui est remontée aux oreilles d'Air France qui a alors souhaité rentrer en contact avec ces Esat. L'intérêt bien compris des deux bouts de la chaîne (les Esat fournisseurs et la société cliente) les pousse à travailler en direct. STI devient alors la tête de pont pour la gestion de ce très gros client et un GME (Groupement momentané d'entreprises) qui réunit 5 Esat de la Vienne, un de Vendée et un des Deux-Sèvres, est créé. Une centaine de travailleurs est dès lors mobilisée pour fabriquer quelques 2 000 000 de poubelles par an qui partent des sites de production au rythme de deux semi-remorques chaque semaine. « Depuis 2007 nous n'avons eu aucun problème ni dans la qualité de nos livraisons, ni dans le respect des délais ! » se réjouit, fier et heureux, Jean-Louis Breton.

Une chaîne d'emballages

Mais la réactivité de l'EA et du GME ne s'arrêtent pas là. « En 2010-2011 les cours des matières premières ont explosé et les prix des cartons en conséquence... Air France nous a demandé de chercher des solutions et de nous faire des propositions. De notre côté nous n'avions guère de marge pour améliorer la productivité. Pour rééquilibrer cette situation difficile, la seule solution était de fabriquer nous-mêmes les emballages en carton ! » L'entreprise décide alors d'investir 350 000 € dans une chaîne d'emballages en carton ondulé, qui fera le façonnage, la découpe, le collage et l'impression des cartons destinées aux poubelles d'Air France. Pour assurer la rentabilité de l'investissement l'EA a négocié avec Air France un engagement de maintenir le marché pour une durée de trois ans. En février 2012, la nouvelle chaîne rentrera en production.

Un outil à mutualiser

« Mais, ajoute aussitôt Jean-Louis Breton qui regarde toujours avec une longueur d'avance sur l'avenir, elle peut aussi servir à d'autres ! » Et d'expliquer qu'un des ESAT a une exploitation viticole (35 hectares de vignes en Chinon) qui, avec 8 caves coopératives, commercialise chaque année au sein du groupe « Alliance Loire / Ackerman »... 50 000 000 (oui, vous avez bien lu : 50 millions) de bouteilles. « Or les bouteilles, ça se met dans des cartons ! » - pas besoin d'en dire plus pour comprendre comment des systèmes collaboratifs de mutualisation entre établissements peut assurer au bénéfice de tous de nouvelles activités ou de nouveaux débouchés ! « Vous savez, confie Jean-Louis Breton comme un secret qu'il a très envie de partager, ici nous sommes très coopératifs. » Petit conseil : si vous allez dans un magasin Auchan, recherchez donc au rayon vins un Chinon sous le nom « Domaine de la Lysardière »... Retournez la bouteille et regardez la contre-étiquette : vous y découvrirez l'équipe de vignerons de l'Esat Les Chevaux blancs (Vignoble du Paradis) dont, bientôt, les cartons sortiront de la chaîne de l'EA STI !

En savoir plus :

Retrouvez ici la fiche métier complète de l'ESAT STI


Les établissements concernés

HAUT