Recherche...

Eau de Paris à la tête du premier comité public

Eau de Paris, l’opérateur unique de production, de transport et de distribution de l’eau à Paris a récemment rejoint le Réseau Gesat. En tant que service public industriel et commercial, et donc avec ses propres problématiques, l’établissement a largement contribué à la mise en place du premier comité de pilotage du secteur public du Gesat, le 10 juillet dernier.


Eau de Paris à la tête du premier comité public

« Mettre en place une politique d’achat responsable qui reflète les valeurs d’Eau de Paris, avec une dimension sociale qui favorise le recours au secteur protégé et adapté », voilà l’un des objectifs de Laurent Dutertre, le responsable du tout récent Service Achats d’Eau de Paris. Car le groupe souhaite dépasser une simple obligation légale de recours aux travailleurs handicapés, et a rejoint, à ce titre, la Maison de l’Emploi de Paris [1] et le Réseau Gesat. Ce dernier leur permet « d’identifier les marchés qui pourraient être réservés, explique Laure Helena, la responsable du pôle planification cartographie du Service Achats d’Eau de Paris. Il nous aide à mieux connaître le réseau de prestation fourni par le secteur adapté et à mettre en place des objectifs » ajoute-t-elle. Pour cette première année d’exercice du Service Achats, six marchés ont ainsi été réservés, notamment sur des activités de livraison de carafes publicitaires, de mailing, de traiteur et d’entretien d’espaces verts. « En volume d’achat, cela représente un montant maximum de 335 000 euros » annonce Laure Helena.

Des problématiques spécifiques

Pourtant nouveau membre du Gesat, Eau de Paris s’est rapidement engagé dans le réseau. « Après six mois d’expérience, nous sommes partis du constat que les réponses à nos marchés publics pouvaient être améliorées, non pas dans l’exécution, mais plutôt dans le respect d’un certain formalisme lié au code des marchés publics » explique Laurent Dutertre. En effet, comme le précise sa collaboratrice, « nous avons dû relancer un marché classique suite à un lot non conforme, c’est vraiment dommage qu’un marché protégé soit refusé pour un papier manquant ». Une spécificité légale difficile à aborder lors des comités mixtes privés/publics, puisque comme l’explique Laure Helena, « j’étais quasiment la seule représentante du public, nous ne pouvions pas aborder les problèmes qui ne concernaient que nous ». Eau de Paris s’est donc adressé au Gesat pour savoir « si les autres partenaires publics rencontraient les mêmes difficultés et s’il y avait un moyen d’améliorer ces réponses ». Le prolongement de cette réflexion a mené l’établissement à accueillir, le 10 juillet 2012, le premier comité des partenaires publics du Gesat.

Le partage d’information pour objectif

C’est donc sous le signe de la rencontre entre établissements publics et secteur protégé et adapté que s’est déroulée ce premier comité. Parmi les objectifs : information à destination des Esats et Ea des formalités à respecter quant aux appels d’offre, partage d’expérience entre établissements publics, ou encore découverte du panel de prestations du secteur protégé. « Lors du prochain comité, nous souhaitons qu’une partie du temps soit consacré à la rencontre avec les directeurs d’Esat et Ea, pour connaître leurs activités et leurs limites » explique Laurent Dutertre. Car d’une meilleure connaissance découle une argumentation plus convaincante en faveur du secteur protégé. Eau de Paris cherche ainsi une vision qui précise ses besoins pour les marchés à lancer en 2013. « L’ambition est de se diriger vers des secteurs d’achats moins courants, moins classiques, pourquoi pas une agence de communication » explique Laure Helena. « Mais pour savoir que ces panels de marchés existent, il faut en parler, et le comité est justement un lieu de dialogue » ajoute Laurent Dutertre. Un partage d’information d’ores et déjà productif puisque Laure Helena et Laurent Dutertre ont pu rencontrer leurs homologues à la Ville de Paris. Rendez-vous est d’ailleurs déjà pris pour «partager nos idées et confronter nos démarches » conclue Laurent Dutertre.


[1] La Maison de l’Emploi de Paris cherche des réponses innovantes en matière d’emploi, d’insertion et de développement économique

www.eaudeparis.fr
Figure dans les rubriques
Blog


HAUT