Recherche...

Les métiers des services immobiliers

La Régie Immobilière de la Ville de Paris, RIVP, société d’économie mixte locale et acteur majeur du logement social, a initié son recours au secteur du travail protégé et adapté. La démarche a débuté par l’organisation d’une rencontres autour des métiers de l’immobilier. Un premier tour de table pour faire connaissance, échanger, sensibiliser et envisager les premières initiatives. Rencontre avec Didier Turriès, responsable du Pôle Achats de la direction technique chez RIVP.

Les métiers des services immobiliers

Pourquoi la RIVP se tourne-t-elle vers le secteur du travail protégé et adapté, quel a été le déclic ?

« Il y a un an, nous avons été sollicités par la DRH suite aux données du bilan social sur le handicap et l’insertion. Nous répondions à nos obligations sur l’insertion mais avions un gros déficit sur les prestations externes de sous-traitance auprès des ESAT et EA. Nous avons donc mis en place un plan d’actions pour déterminer les pistes à suivre et pour ramener nos contributions AGEFIPH qui dépassaient 150 000 euros en 2010 à zéro dans les trois ans à venir. Le déclic était donc, avant tout, financier, mais répondait également aux valeurs affichées par la RIVP. Nous renvoyons l’image d’un bailleur responsable et solidaire, faisons des efforts sur l’insertion par l’économie, l’emploi du tissu local, les régies de quartier, mais nous ne nous étions pas encore vraiment penché sur la question du recours au secteur du travail protégé et adapté ».

Pourquoi la RIVP a-t-elle choisi, en parallèle, d’organiser cette rencontre ?

« Il est apparu que nous avions une méconnaissance du recours au secteur et que nous avions besoin d’un appui, d’où notre recours au Réseau Gesat. Nous avons également constaté que nos problématiques ne nous étaient pas spécifiques et que nous les partagions avec d’autres acteurs, bailleurs ou entreprises. Nous avons donc organisé une réunion d'échanges pour essayer de se nourrir d’expériences d’autres bailleurs et, par ricochet, d’entreprises d’autres secteurs d'activités mais ayant des parcs immobiliers significatifs à gérer. L'équipe du Gesat nous a proposé d'inviter trois prestataires du secteur protégé et adapté répondant à des prestations autour du bâtiment (peinture, signalétique, …) mais également à celles pouvant être associées à d’autres services (gestion, RH, …). Les témoignages des directeurs et chefs d’atelier ont permis de nourrir le débat. Nous avons alors fait un tour de table dans lequel chacun a présenté ses problématiques. Nous souhaitions réellement prendre la mesure de la structure des établissements et des bonnes pratiques en matière d’achat auprès du secteur du travail protégé et adapté ».

A quelles conclusions ces échanges vous ont-ils amené et quelles actions en ont découlé ?

« Nous avons constaté que l’on pouvait solliciter le secteur sur les métiers du bâtiment mais que la taille des structures nécessitait que la RIVP adapte son cahier des charges, notamment pour ne pas se retrouver dans des situations de visibilité insuffisante, d’incompréhension ou de carence d’offre. D’un autre côté, alors que cette rencontre faisait suite à une volonté de sensibilisation en interne, elle nous a permis de mettre en évidence un besoin de diffusion de l’information au plus grand nombre et la nécessité de mettre en place des outils et supports qui permettent de cibler et d’adapter les achats. Nous sommes aujourd’hui au début de cette nouvelle culture et tentons d’identifier les petits et moyens projets qui peuvent nous aider à commencer à procéder à des achats. Un séminaire interne en partenariat avec le Réseau Gesat a suivi pour lancer les procédures internes, les mises en concurrence, la rédaction de cahiers des charges et la mise à disposition d’outils adaptés. Nous avons notamment travaillé autour de trois projets : la reproduction de documents, qui sera remis en concurrence l’année prochaine, la végétalisation de notre immeuble avec une prestation locale ainsi qu’un début de réflexion autour des services de traiteur et de réception ».



HAUT