Recherche...

Une initiative inédite d'entreprises partenaires du Gesat pour récompenser les ESAT et les EA

Le jeudi 8 décembre au soir, étaient présents, au siège d'Allianz France pour la remise des Trophées HandiResponsables organisés par le Gesat : des directeurs d'Esat, des responsables de missions handicap de grandes entreprises, des travailleurs handicapés, des « historiques » du Gesat qui, il y a trente ans, en ont été les fondateurs, le président du Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées, Patrick Gohet, Madame Marie-Anne Montchamp, Secrétaire d'État aux solidarités et à la cohésion sociale. Cette soirée était l'aboutissement du travail mené avec les partenaires du réseau. Retour sur la première édition des Trophées Gesat pour des prestations HandiResponsables.

« On n'est pas des sous sous-traitants »

C'est en effet en novembre 2010 que le comité de pilotage du projet des Trophées s'est réuni la première fois. Composé de quatre entreprises partenaires (La Société générale, Air France, Allianz et Manpower) et de quelques membres du Gesat, c'est lui qui a monté de A à Z cette opération, avec l'objectif de mettre en valeur la capacité des ESAT et des EA à dépasser leurs missions d'insertion. Credo de ces entreprises et de leurs délégués : il faut prouver que le secteur protégé et adapté est capable de s'adapter aux demandes de ses clients, qu'il sait mettre en place de nouveaux process innovants et remarquables, qu'il n'est plus cantonné à quelques tâches répétitives et sous-qualifiées. Comme le dit le président du Gesat, Luc Camisassi : « Nous ne voulons pas être des sous-sous-traitants. » Bref, démontrer que les travailleurs handicapés peuvent intervenir dans de nouveaux métiers en étant performants, et le démontrer à la fois au grand public qui l'ignore presque toujours, aux entreprises du milieu ordinaire qui l'ignorent souvent, et même à une partie du secteur protégé ...qui l'ignore encore parfois.

Cohérence et crédibilité

Magali Munoz, Directrice de projets Insertion et Handicap à Manpower, administratrice du Gesat est enthousiaste lorsqu'elle raconte cette aventure d'une année. Sur un rythme soutenu d'une réunion par mois, il a fallu tout inventer : le principe du concours, le règlement, les critères de sélection, les catégories, la composition du jury, la personne qui animerait la soirée, l'appel à candidatures... « Nous avons recherché la cohérence de l'ensemble. Nous voulions des Trophées qui soient le plus crédible possible et qui récompensent non les entreprises clientes – ce qui se fait déjà – mais bien les ESAT et EA qui emploient des travailleurs handicapés. » Au-delà du côté pratique de cette mise en oeuvre, ce qu'elle retient d'abord, c'est la générosité, le respect de l'autre et la recherche de la performance qui caractérisent à ses yeux l'ensemble des partenaires qui se sont mobilisés sur ce projet. Les résultats ont été à la hauteur de ses espérances : « Les initiatives qui ont postulé aux Trophées, explique-t-elle, étaient tous de très bonne qualité. »

Des experts passionnés

« C'était vraiment formidable » : c'est ainsi que Vincent Lochmann, rédacteur en chef de Vivre FM, la radio spécialisée dans l'actualité du handicap, résume son expérience de président du jury des Trophées. Neuf projets présélectionnés par le comité de pilotage qui en avait reçu une cinquantaine, étaient soumis aux 9 membres du jury, constitué en trinômes (un représentant d'une entreprise cliente, un représentant d'un Esat, un représentant média). Vincent Lochmann décrit son jury comme des « experts-passionnés », capables de disséquer et d'analyser un projet dans ses moindres détails, mais aussi de s'enthousiasmer pour une initiative qui ne collait pas forcément avec les catégories prédéfinies des Trophées. C'est ainsi que le « Coup de coeur » du jury, non prévu initialement, s'est imposé au sein du jury pour récompenser l'ESAT Mosaïque : « On a adoré ce projet ! » Ce qui a frappé le président du jury ? Outre la qualité des projets présentés, la découverte de deux mondes qui parlaient le même langage : « Je m'attendais à avoir d'un côté les membres du monde de l'entreprise, attentif à la compétitivité et à la performance, et de l'autre ceux du monde de l'accompagnement, davantage sensible au côté social de la question. En fait, les uns et les autres avaient largement dépassé les limites de leur univers et se retrouvaient sur l'essentiel ! »

Pour une nouvelle édition en 2013

La proclamation des résultats a mis en évidence l'originalité et l'innovation des établissements primés, mais les autres nominés montraient également une grande dose d'invention et d'imagination... A regarder ces réalisations exemplaires, on se rappelait la fameuse formule de Mark Twain : « Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Et il y avait de quoi tirer sa révérence ! On touchait également là ce qui ressemble fort au début d'une nouvelle aventure. Vincent Lochmann le dit sans ambages : « Ça a été un riche moment de réflexion, mais aussi un vrai moment de convivialité. Si on me demande de recommencer l'expérience, je suis partant ! » De fait, les Trophées HandiResponsables sont appelés à s'inscrire dans le paysage du secteur adapté et protégé. « On n'est pas une machine à Trophées, et on ne veut pas banaliser ces récompenses, résume Magali Munoz, et c'est pourquoi nous nous proposons de les renouveler seulement tous les deux ans. On veut vraiment qu'une vraie valeur soit attachée aux Trophées. »
Rendez-vous est donc pris pour 2013 !

En savoir plus :

Sur les Trophées des prestations HandiResponsables

www.trophees-handiresponsables.com

Les entreprises partenaires

Les médias partenaires



HAUT