Dépêche ASH : le Réseau Gesat diffuse une charte du travail adapté

Source: Actualités Sociales Hebdomadaires (Site Internet) Le 12 septembre 2008

http://www.ash.tm.fr

En pleine évolution à la suite, notamment, de l'entrée en vigueur de la loi "handicap" du 11 février 2005, une partie du secteur du travail protégé et adapté vient de se doter d'une "charte d'éthique et des valeurs", présentée jeudi 11 septembre par le réseau national GESAT et dont l'objectif est de donner un socle commun de références à l'action de ses membres.
La publication de cette charte répond à un besoin du secteur du travail adapté et protégé, souffrant à la fois d'être encore relativement méconnu et pourtant de subir la pression d'un environnement concurrentiel, sur fond de nouvelles obligations réglementaires concernant les établissements et services d'aide par le travail (ESAT) et autres entreprises adaptées (EA).
"Si l'ensemble de nos établissements en France exercent aujourd'hui un millier de métiers différents, et si nous sommes convaincus de la qualité de leurs savoir-faire", a ainsi déclaré le secrétaire général du Réseau Gesat, Patrick Clémendot, "nous constatons cependant qu'ils ne sont pas assez reconnus et souffrent parfois d'une image déplorable, en partie due au démarchage agressif de certains intermédiaires aux arguments misérabilistes".
Parallèlement, les sollicitations sont de plus en plus nombreuses de la part des entreprises mais aussi des collectivités et des administrations, et jusqu'aux 35 000 établissements du secteur social et médico-social, tous désormais assujettis à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés à hauteur 6 % de leurs effectifs, a-t-il rappelé, ou pouvant s'y conformer en sous-traitant une partie de leur activité à un ESAT.

Des obligations généralisées

Pas moins 28 000 entreprises en France n'emploient encore aucune personne handicapée aujourd'hui et s'acquittent, à ce titre, de la contribution due au fonds pour leur insertion professionnelle, l'Agefiph, a-t-il d'ailleurs souligné, une contribution qui va en outre presque tripler à partir de 2010, pour s'élever à 13 000 euros par emploi manquant.
Une situation qui se traduit par un paradoxe puisque, malgré cette forte demande, 30 % des ESAT se trouvent en difficulté financière.
A charge pour eux de réunir les conditions nécessaires pour répondre à des commandes importantes, mais sans perdre de vue leur spécificité. D'où l'intérêt de la charte présentée jeudi au CAT Bastille, à Paris.
Présentée sous forme d'une petit livret d'une vingtaine de pages, et destinée dans l'avenir à être affichée dans les ESAT et EA, cette charte réaffirme une dizaine de valeurs qui définissent les acteurs du secteur et autant de grands principes qu'ils s'engagent à respecter.
L'humanité, le dépassement ou l'efficacité y côtoient ainsi la bientraitance, la coopération ou le respect, pour un résultat qui s'apparente certes à "une déclaration d'intentions", a volontiers reconnu Patrick Clémendot, "mais la volonté de nos adhérents est d'aller vers l'élaboration d'un label", qui pourrait voir le jour début 2009.

Un label prévu pour 2009

Il s'appuierait sur un référentiel beaucoup plus précis des conditions de travail et de prestation des établissements et services, afin de pouvoir lutter, par exemple, contre les situations de maltraitance en se référant à des éléments concrets, et pouvoir ainsi se situer dans le domaine de la preuve.
Sans oublier que "la dynamique d'un ESAT est de courir à sa propre perte", selon Patrick Clémendot, "en créant les conditions favorables à l'intégration des personnes handicapées au milieu ordinaire", quand c'est possible et avec l'accompagnement nécessaire.
C'est ce dont est venu témoigner, devant la presse, le salarié d'une entreprise francilienne de logiciels, Vincent Ledunois, qui, après un parcours un peu erratique, semé d'orientations hasardeuses mais aussi d'expériences professionnelles enrichissantes, est entré chez Sage comme prestataire d'un ESAT, avant d'y être recruté et aujourd'hui d'y encadrer les équipes envoyées par le même ESAT pour le conditionnement des produits.
C'est aussi ce qu'a défendu le directeur de la mission "handicap" de la société Thalès, Gérard Lefranc, qui s'est notamment attaché à décrire les préalables nécessaires au développement de cette politique dans l'entreprise : la formation des salariés, la prise de conscience de la mission sociale que constitue le recours à un ESAT, mais aussi la localisation dans un bassin d'emploi, en tissant des liens avec les ESAT locaux.

Réseau Gesat
202, quai de Clichy
92110 Clichy
Tél. : 01 75 44 90 90
Fax : 01 75 44 90 10
Courriel : contact@reseau-gesat.com
Site : www.reseau-gesat.com



HAUT