"Handicap, incapacité et dépendance dans les Hauts-de-Seine : une mosaïque de situations"

Les résultats de l'enquête nationale HANDICAP et Santé menée par l'INSEE sur le département des Hauts-de-Seine.

3,4 % des personnes de moins de 60 ans sont dans une situation de handicap ou d'incapacité reconnue administrativement. Seuls 1,3 % des Alto-Séquanais de moins de 60 ans sont en situation de handicap ou d'incapacité à la fois reconnue, ressentie et identifiée.

Ces trois approches se recoupent mais ne se recouvrent pas complètement. Ainsi, seulement 1,3%des habitants des Hauts-de-Seine de moins de 60 ans et 4,7 % de ceux de 60 ans ou plus sont concernés simultanément par ces trois approches du handicap, de l'incapacité ou de la dépendance.


Entre 20 et 59 ans, des déficiences plus nombreuses lorsque la situation de handicap est reconnue.

Entre 20 et 59 ans, 4,3 % des Alto-Séquanais ont une reconnaissance administrative de leur situation de handicap ou d'incapacité, 4,9 % ressentent un handicap et 3,8% ont une difficulté ou une limitation d'activité identifiée. Ils déclarent, en moyenne, 3,7 déficiences. Celles-ci apparaissent dès la naissance dans 12,6 % des cas, ou peuvent être provoquées par une maladie ou être la conséquence d'un accident. Au-delà des déficiences communes à l'ensemble de la population, les limitations de la force musculaire, les troubles de l'équilibre, les troubles de mémoire importants et les difficultés d'apprentissage sont également particulièrement citées.


Pour les personnes de 20 à 59 ans, les situations de handicap ou d'incapacité reconnues, ressenties et identifiées sont moins fréquentes dans les Hauts-de-Seine qu'en France métropolitaine : 1,5 % des habitants des Hauts-de-Seine ont une situation de handicap ou d'incapacité à la fois reconnue, ressentie et identifiée, contre 2,1 % en Ile-de-France et 2,7 % en France métropolitaine.


Une situation de handicap ou d'incapacité reconnue, identifiée et ressentie correspond à davantage de déficiences et de restrictions d'activités :

Les personnes de 20 à 59 ans concernées par les trois approches cumulent de nombreuses déficiences : 5 en moyenne. Elles déclarent plus spécifiquement un retard intellectuel (16 %), des difficultés de compréhension (16 %), une paralysie  partielle d'une ou plusieurs parties du corps (16 %) et une paralysie totale d'une ou plusieurs parties du corps (7 %).

Plus de la moitié d'entre elles cumulent des déficiences dans trois domaines différents (mouvements, vue, ouïe, parole, mental ou psychique, autre). Elles ont souvent des difficultés à se mouvoir (limitation musculaire), à entendre (malentendant) et des difficultés d'ordre psychique (troubles anxieux).


La difficulté à voir de près ou de loin est la déficience la plus souvent citée par les Alto-Séquanais de 20 à 59 ans. Un quart des Alto-Séquanais de 20 à 59 ans déclarent de grosses difficultés à nouer des relations avec autrui. Les déficiences de la vue et les déficiences motrices sont les plus courantes dans la population alto-séquanaise de 20 à 59 ans. 69,5 % des personnes dont la situation de handicap ou d'incapacité est uniquement reconnue administrativement ont déclaré au moins une déficience motrice.



HAUT