Premier bilan du plan handicap visuel…

A l’occasion du Congrès international Déficient Visuel 2009 organisé par le C.I.N.A.L [1], Valérie Létard a dressé un premier bilan du plan 2008-2011 intitulé «  pour une intégration pleine et entière des personnes aveugles et malvoyantes à la vie de la Cité » et dont les mots « dignité, autonomie et intégration sociale » ont constitué le fil conducteur.

Le plan handicap visuel, qui reprend certaines propositions du rapport remis en janvier 2008 par Gilbert Montagné, veut :

  • améliorer l’accompagnement personnel, professionnel et matériel de la personne déficiente visuelle et de sa famille ;
  • permettre aux personnes déficientes visuelles de vivre de façon totalement autonome en mettant l’accent sur leur sécurité pour accéder aux lieux publics, aux transports en commun ; 
  • améliorer l’accès aux produits de consommation courante, aux démarches administratives ou l’accès aux médias et à internet.

Aujourd’hui parmi les avancées que connaît ce plan, Valérie Létard a insisté plus particulièrement sur celles qui améliorent l’accès au savoir, l’insertion professionnelle, l’accès à la culture et aux médias, la sécurité des personnes et l’autonomie dans la vie quotidienne. Elle a également évoqué les progrès attendus en matière de créations de places en établissements spécialisés.


L’accès au savoir :

  • Parution du décret sur l’édition adaptée qui permet dorénavant de traduire gratuitement sur des supports adaptés (braille, sonore, numérique) des livres de toute nature reproduits par des organismes autorisés par l’Etat.
  • Parution du décret pour les sites internet qui oblige à rendre accessible tous les sites internet publics (site d’Etat, de collectivités) dans un délai de 3 ans maximum.
  • Renforcement de l’engagement en faveur de l’audio description des programmes télévisés : un pourcentage de programmes à audiodécrire va être fixé dans les prochains mois pour les principales chaînes sous forme d’une convention entre les chaînes privées et le CSA et dans les contrats d’objectifs et de moyens passés entre les chaînes publiques et le Gouvernement.


Pour faciliter l’insertion professionnelle des déficients visuels :

  • Dans le secteur public, le périmètre d’intervention du FIPHFP2 a été élargi afin de pouvoir désormais financer –à hauteur d’1 million d’euros- des outils technologiques adaptés aux besoins des personnes handicapées, notamment déficientes visuelles (écrans adaptés, claviers en braille, logiciels de synthèse vocale etc) travaillant dans le secteur public
  • Les besoins d’accompagnement des déficients visuels travaillant dans le secteur privé sont désormais mieux identifiés grâce au « Diagnostic vie au travail » diffusé auprès des décideurs et salariés, suite aux résultats d’une enquête menée par l’AGEFIPH3 en 2008.


L’autonomie renforcée dans la vie quotidienne :
Les acteurs du forum de réflexion sur l’accessibilité créée par l’AFNOR avec des grandes entreprises (Orange, Microsoft, SFR, SNCF, RATP, EDF) poursuivent leurs travaux notamment sur l’étiquetage en braille ou la vocalisation des appareils de la vie courante, et pourraient proposer des normes européennes et mondiales.


Les créations de places se poursuivent

En 2008, 129 places supplémentaires ont été installées pour les personnes déficientes visuelles en établissements médico-sociaux, pour un montant de 1,4 millions d’euros.
Cet effort de création de places va se poursuivre sur toute la durée du plan puisque 140 places en services adaptés aux besoins des enfants déficients visuels seront créées par an pendant trois ans à partir de 2009, pour un montant de 2,3 millions d’euros chaque année.

[1] comité international pour la commémoration du bicentenaire de Louis Braille regroupant les associations représentatives des personnes déficientes visuelles en France

Source les communiqués du Ministère du Travail, des Relations Sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville www.travail-solidarite.gouv.fr



HAUT