Un projet porté par la direction

depuis le jeudi 19 octobre 2006Rute-Isabel VIRGILIO VENANCIO | Chargée de Mission Handicap Lyonnaise des Eaux

Rute-Isabel VIRGILIO VENANCIO
Chargée de Mission Handicap Lyonnaise des Eaux

La Lyonnaise des Eaux fait partie intégrante du groupe Suez. La Lyonnaise recouvre en son sein plusieurs filiales, entre autres SDEI et « Eau et Force ».
Nous allons vous parler essentiellement d'un projet Lyonnaise mais devenu en partie par la suite « Eau et Force ». Mon collègue Jean-François Prot prendra la suite pour expliquer comment cela c'est passé.
Tout est parti d'un besoin d'entreprise qui concerne le recouvrement et qui a permis la création de la plate-forme nationale ESSOR
Nous avons monté un projet pour répondre aux besoins de recouvrement, c'est à dire tout ce qui concerne le retour des encaissements, la gestion des rejets bancaires, le traitement des retours postaux et le traitement des autorisations de prélèvement.
Le bassin de Valenciennes a été choisi parce qu'au départ on recherchait deux facteurs : un lieu où la Lyonnaise soit capable de suivre le projet et un lieu où il y ait un vrai besoin d'emploi.
Jean-François Prot va donc prendre la suite et nous expliquer.

Jean-François PROT
DRH Eau et Force

Le succès du projet ESSOR vient en parti du fait qu'il a réellement été porté par la Direction. Je crois que c'est un élément très important
Nous sommes partis d'un besoin qui était d'améliorer le recouvrement. Finalement lorsque les équipes projets sont allées présenter le projet ESSOR auprès de la Direction générale, celle-ci a été conquise aussi bien par l'aspect humain que par l'aspect économique.
Nous avons investi 70 K Euros sur le site de l'APF de Marly près de Valenciennes. Au préalable, nous avions déjà fait un site pilote pour voir si la faisabilité était possible. De manière très concrète nous sous-traitons au site de Marly ce que nous appelons en interne les courriers NPAI (n'habite plus à l'adresse indiquée), le traitement des chèques et des TIP.
Cette partie est sous traitée à une société qui s'appelle Experian. Tous les retours sont aujourd'hui expédiés auprès de la plate-forme Essor. L'intérêt pour nous est que ces tâches qui étaient pour nos équipes à faible valeur ajoutées sont désormais sous-traitées et que nous avons pu récupérer du temps travaillé sur nos actions de recouvrement.

Les travailleurs handicapés de la Plate-forme ESSOR travaille sur nos propres outils informatiques, et aujourd'hui nous sommes très fiers parce que nous avons une quinzaine de personnes des APF de Marly qui travaillent pour l'ensemble du groupe Lyonnaise des Eaux sur ces activités.

La relation que nous avons avec la Plate-forme ESSOR et l'APF de Marly est une relation clairement identifiée : prestataires / fournisseurs. Nous avons un acheteur qui gère la relation avec l'APF de Marly, et des négociations régulièrement avec eux sur la qualité de service. Nous traitons ce sous-traitant d'une manière complètement identique à celle que l'on pourrait mettre en place pour un autre sous-traitant.
Nous avons trente et un centres régionaux et finalement les centres régionaux se voient refacturer le coût d'ESSOR. Donc eux aussi ont des attentes, on est en étude pour développer une deuxième plate-forme pour permettre de développer encore ce partenariat.

R-I VIRGILIO VENANCIO
Mission handicap Lyonnaise des Eaux

Aujourd'hui quinze postes adaptés pour des salariés en situation de handicap ont été créés. Huit personnes sont passées en CDI, huit sont en cours de reconversion avec des formations spécifiques aux logiciels.

L'intérêt du site de Marly est dans la mixité ESAT et entreprise adaptée. Après formation, les gens peuvent passer de l'un à l'autre. Il y a donc une évolution des compétences nécessaire aux pratiques de nos différents logiciels et de nos besoins en termes de qualité et de sécurité. Pour les personnes sur site, c'est une possibilité d'ouverture en termes de compétence vers un futur professionnel. Elles ont appris à travailler sur des logiciels « Lyonnaise », des factures « Lyonnaise », avec un discours « Lyonnaise ». Cela ouvre plus d'opportunités sur un moyen terme, pour passer sur un de nos sites.

Nous avons un budget alloué au secteur protégé, néanmoins le budget doit être dépensé intelligemment. Il faut que cela se passe dans un partenariat gagnant-gagnant : l'entreprise doit s'y retrouver et le secteur protégé y trouver aussi les billes pour évoluer.
Au niveau de notre groupe, il n'y a pas que la Plate-forme ESSOR. Dans nos contrats nous avons tout un versant qui concerne l'entretien des espaces verts, des stations d'épuration, des réservoirs d'eau.
Là encore on essaie de mettre en place au fur et à mesure des partenariats avec des établissements qui seraient capables de nous rendre le service qualitatif.
Il y a vraiment des opportunités importantes. Il ne s'agit pas de dépenser pour dépenser, mais d'agir vraiment dans un but bilatéral.



HAUT