Notre site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement. Pour améliorer votre expérience, d’autres cookies peuvent être utilisés : vous pouvez choisir de les désactiver. Cela reste modifiable à tout moment via le lien Cookies en bas de page.

Tout accepter Tout refuser Configurer


 

Métropole Aix-Marseille-Provence : « Un devoir d’exemplarité et la volonté d’agir en matière d’inclusion »

À l’heure où les collectivités publiques renforcent plus que jamais leur politique d’inclusion et d’achats responsables, la Métropole Aix-Marseille-Provence fait figure d’exemple en la matière, initiant en 2021 un partenariat ambitieux avec le Réseau Gesat pour l’accompagner sur ces enjeux.

Interview croisée de Véronique Miquelly, première conseillère de la Métropole déléguée au Handicap, à la Lutte contre les discriminations et inégalités, et Marion Orsini, responsable des relations partenaires du Réseau Gesat.

Madame Miquelly, vous êtes à la fois maire d’Auriol et élue en charge de la délégation Handicap de la Métropole Aix-Marseille-Provence. Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Véronique Miquelly : « En tant que psychologue de formation, j’ai travaillé dans l’Éducation nationale, où j’étais notamment chargée de l’intégration des enfants handicapés dans le milieu dit « ordinaire », avant de devenir cheffe d’établissement en lien direct avec les enfants éloignés du parcours scolaire « classique ». J’ai cette compétence d’écoute, et ce désir d’intégration, d’adaptation du milieu ordinaire pour accueillir toutes les personnes fragiles. Je crois profondément que le travail est un levier fort d’inclusion et de réduction des inégalités : avoir sa place dans la société commence par le fait d’avoir un travail. Ce dernier permet de renforcer l’image que l’on a de soi et de se sentir utile. Je place cette conviction au sein de mes différentes fonctions et délégations, étant également en charge de la diversité, de la question de l’égalité femmes-hommes et de la lutte contre les discriminations pour la Métropole Aix-Marseille-Provence. »


Quels sont les grands axes de la politique Handicap de la Métropole Aix-Marseille-Provence ?

V.M. : « En matière d’inclusion, nous avons à la fois un devoir d’exemplarité et la volonté d’agir très concrètement. Quand nous avons pour responsabilité de définir un axe, il faut d’abord être exemplaire en la matière. C’est pour cette raison que le premier axe de notre politique Handicap est avant tout celui de nos Ressources humaines. Au sein de la DRH, une équipe de cinq personnes est dédiée à la mission Handicap. Cette équipe œuvre à l’accessibilité des locaux, au recrutement de travailleurs en situation de handicap, à leur accompagnement professionnel et au maintien dans l’emploi. Pour cela, elle travaille à sensibiliser, à communiquer auprès de nos agents et à structurer, de façon visible, notre action. Cela doit permettre, de manière générale, de changer le regard sur le handicap, mais aussi faciliter au mieux les conditions de travail des collaborateurs en situation de handicap pour qu’ils osent parler, et puissent évoluer professionnellement, avec le meilleur accompagnement possible.

Le deuxième axe de la politique Handicap de la Métropole s’appuie sur une convention avec le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), dont l’objectif est de développer les actions de la Mission Handicap citées précédemment et d’accroître notamment la place des acteurs du Secteur du travail protégé et adapté au sein de nos marchés publics. Nous souhaitons renforcer nos collaborations avec les ESAT-EA dans des domaines d’activités plus larges que ceux auxquels nous pensons traditionnellement.

Nous œuvrons, en parallèle, à la mise en place de dispositifs inclusifs dans les différentes communes. C’est par exemple le cas d’Acceo. Ce dispositif se présente sous la forme d’une application à télécharger par les usagers, sur laquelle sont référencés et géolocalisés tous les établissements fournissant ce service. Proposé depuis février dernier, il permet de mettre en relation l’usager avec un opérateur Acceo, qui se charge de transcrire les échanges entre lui et son interlocuteur au téléphone ou à l’accueil, pour les aider dans leurs démarches avec les services publics. »


Quelle est la place des achats responsables dans tout ça ?

V.M. : « La Métropole Aix-Marseille-Provence a une vraie volonté d’accélérer sa politique d’achats responsables sur les volets environnemental et social. Cette dynamique, portée au plus haut par la Direction générale de notre collectivité, s’appuie sur plusieurs actions concrètes. De manière générale, notre principal objectif sera l’avancée et la mise en place d’un programme à la fois ambitieux et concret. Baptisé Schéma de promotion des achats socialement ou écologiquement responsables, ou « SPASER », cette feuille de route et ses objectifs doivent permettre à la Métropole de s’engager concrètement en matière d’achats responsables. Le budget alloué pour ce type d’achats est d’ailleurs très significatif et représente un véritable levier de performance en faveur de l’environnement et de l’inclusion. »


Un partenariat annuel a été signé entre la Métropole Aix-Marseille-Provence et le Réseau Gesat. Quels sont les services proposés par ce dernier pour accompagner la Métropole dans ses enjeux d’achats responsables ?

Marion Orsini : « Depuis bientôt quarante ans, le Réseau Gesat œuvre à l’insertion des travailleurs handicapés en créant la rencontre entre les 2250 prestataires du Secteur du travail protégé et adapté - les ESAT et les EA - et leurs futurs clients, qu’il s’agisse d’entreprises privées ou d’organismes publics. Nous accompagnons plus de 120 donneurs d’ordres public et privé, à l’instar de la Métropole Aix-Marseille-Provence, à développer leurs achats responsables et leur politique inclusive. Pour ce faire, le Réseau Gesat constitue une équipe projet qui met en place, pour chacun de ses partenaires, un appui technique dans les marchés, un accompagnement opérationnel en matière d’achats aux ESAT-EA, ainsi que des formations adaptées au regard des enjeux remontés. Nous outillons également les acheteurs afin de les aider à sourcer efficacement leurs futurs prestataires. Nous calibrons nos partenariats « sur mesure » pour permettre aux organismes publics et aux entreprises privées accompagnés de répondre à leurs objectifs, qu’il s’agisse de développer la sous-traitance aux ESAT et aux EA, de favoriser la cotraitance, ou encore de recourir aux dispositifs d’inclusion que sont la mise à disposition de travailleurs en situation de handicap, le CDD Tremplin et l’EA de travail temporaire. »


Comment ce partenariat s’exprime-t-il concrètement ?

V.M. : « À travers cette collaboration, notre objectif est d’avoir un accompagnement sur nos besoins et nos marchés à venir, nous aider à apporter une expertise que nous n’avons pas en la matière. Nous avons également besoin d’une assistance juridique pour nous guider sur les clauses, sur la rédaction des stratégies de marchés protégés, et sur les fournisseurs qui pourraient répondre à nos besoins. Enfin, nous avons un enjeu de sensibilisation, et le Réseau Gesat va nous accompagner via des formations à destination de publics différents. Car, ce que nous recherchons à travers cet accompagnement, c’est aussi faire évoluer les mentalités, lever les freins et les idées reçues. »

M.O. : « Notre accompagnement est double. D’une part, il y a le diagnostic des achats et de potentiels marchés responsables, ainsi que la définition d’un plan d’accompagnement opérationnel. D’autre part, des échanges et un suivi continu des process d’achats de la Métropole pour identifier l’offre (plus de 200 métiers) des prestataires ESAT et EA et augmenter le nombre de prestations qui leur sont confiées. En synthèse, nous proposons bien sûr un accompagnement technique, mais surtout un accompagnement du changement. »


Quels sont vos objectifs et perspectives à moyen terme à travers ce partenariat ?

V.M. : « Nous avons souhaité bénéficier d’un accompagnement renforcé de la part du Réseau Gesat car nous voulons faire de 2021 l’année du déclic. Le déclic pour sensibiliser nos collaborateurs, mais aussi pour développer dans la durée le nombre de marchés et de prestations réalisés auprès du Secteur du travail protégé et adapté. »




.




HAUT