Economie : Agir ensemble face à la crise

Publié le : mardi 13 octobre 2009

Dès janvier 2009, le Conseil d'Administration du Réseau Gesat a souhaité avoir des éléments tangibles concernant l'impact de la crise économique sur l'ensemble du secteur protégé et adapté. Suivant un cahier des charges précis,  LH2, un organisme réputé, a été choisi pour réaliser une enquête auprès de l'ensemble des ESAT et EA.

Economie : Agir ensemble face à la crise

Tous les directeurs d’ESAT et d’EA ont reçu, un questionnaire à remplir en ligne. Près de 400 directeurs ont fait l’effort d’y répondre.

Cette enquête avait un triple objectif :

  1. évaluer l’impact de la crise sur les ESAT et EA,
  2. apprécier la pertinence des outils déjà mis en place par le Réseau Gesat
  3. anticiper sur l’avenir pour favoriser la rencontre entre l’offre du secteur protégé et la demande croissante des entreprises.

Un impact réel

Sept établissements sur dix déclarent que la crise a eu un impact sur leur activité économique. Les EA sont les plus touchées.
Près d’un directeur sur deux estime cette baisse à plus de 20% de son activité.
Certains secteurs, déjà en difficulté avant la crise, sont plus particulièrement frappés : un tiers des établissements dont l’activité principale est le conditionnement considère que la crise a un impact très important, tandis que ceux spécialisés dans l’aménagement et les espaces verts s’estiment peu touchés.

La crise apparait aussi comme un facteur encourageant les ESAT et les EA,  à faire évoluer leurs activités vers de nouveaux métiers, plus en adéquation avec les besoins du marché.

74% des établissements touchés déclarent avoir mis en place des actions pour pallier à la baisse d’activité. Près de la moitié d’entre eux se consacre à la recherche de nouveaux clients, tandis que d’autres cherchent à développer de nouvelles activités. Dans ce domaine, le secteur de la propreté et de l’entretien arrive en tête des projets à développer, suivi de près par l’aménagement des espaces verts, puis la logistique et le conditionnement.

Les directeurs veulent aussi améliorer leurs relations clients. Nécessité pour les entreprises d’avoir un interlocuteur unique, meilleure valorisation des prestations en équivalence emploi, amélioration des délais et de la qualité sont les principaux points de progrès identifiés.
Interrogés sur leurs attentes par rapport au Réseau Gesat les établissements citent   en priorité la plateforme collaborative (voir notre article sur le module appel à projet) comme outil de rapprochement de l‘offre du secteur protégé à la demande des entreprises. Les directeurs mettent également en avant l’importance de la Charte d’éthique et des Valeurs des ESAT&EA, afin de se prémunir contre une pure logique de marché et s’assurer que les établissements restent fidèles à leur vocation pédagogique. Puis viennent la création du Club national d’entreprises partenaires et la mise en place de filières métiers pour mieux structurer l’offre du secteur, mutualiser leurs efforts, et être en mesure de répondre collectivement à certains marchés.

Le Réseau Gesat, qui s’efforce de développer des outils en réponse à ces besoins, compte, à la lecture des résultats de cette enquête, les perfectionner et accentuer sa démarche  de co-construction ESAT-EA/entreprises-collectivité, et ainsi soutenir l’offre du secteur protégé et adapté.



HAUT