Les achats responsables, un enjeu pour la grande distribution

Le Réseau Gesat acteur de la mise en relation entre les donneurs d’ordres et les 2 250 prestataires du Secteur du Travail Protégé et Adapté accompagne chaque année plus d'une centaine d'entreprises dans le développement de leurs achats responsables.

Nous vous proposons un zoom sur les acteurs de la grande distribution dans cette interview de nos partenaires Decathlon, Supermarchés Match et Auchan (réalisée par Pascal Matéo) :

Les achats responsables, un enjeu pour la grande distribution

Le déconfinement a-t-il pu avoir des conséquences positives sur l’emploi par la grande distribution de personnes issues d’ESAT-EA ? Pour Franck Martinez, responsable national de la qualité de vie au travail chez Decathlon, cela ne fait aucun doute. « A l’issue du confinement, Decathlon a été assailli de demandes d’achats de vélos, au point que magasins et entrepôts ont manqué de bras pour les préparer », explique ce responsable de rayon dans un magasin des Pyrénées-Atlantiques, investi depuis plus de vingt ans dans la politique handicap de Decathlon.

Début juin, il a donc lancé un appel d’offres national sur le Réseau Gesat afin que des ESAT-EA lui proposent des profils susceptibles d’aider le personnel de l’enseigne à faire du montage de vélos. Résultat :

« Mi-juillet, une soixantaine d’ESAT s’étaient manifestés pour mettre à disposition des personnes que nous formons et qui soulagent considérablement nos équipes », poursuit Franck Martinez.

Decathlon n’en est pas à son coup d’essai : partenaire depuis plusieurs années du Réseau Gesat, l’enseigne sportive fait régulièrement appel au secteur du travail protégé et adapté. Mais elle n’est pas la seule entreprise de la grande distribution à considérer que les achats responsables constituent un enjeu stratégique essentiel. Le développement des politiques RSE conduit en effet les entreprises de la grande distribution à reconsidérer de plus en plus souvent les motivations de leurs achats. Et, par-là, à prendre part à l’inclusion de travailleurs en situation de handicap, sans jamais perdre de vue leurs exigences en matière de performance, de qualité et de prix.

Présents dans le quart nord-est de la France, les supermarchés Match construisent ainsi leur politique d’achats responsables depuis la redéfinition de leur mission d’entreprise, en 2017 ; ils se sont associés au Réseau Gesat en 2019 afin de développer leurs collaborations avec des ESAT-EA. Quant au groupe Auchan, il a noué début 2020 un partenariat avec le Réseau Gesat.

Pour Olivia Sallé, chargée de mission diversité pour le périmètre Auchan Retail France, un déclic avait eu lieu quelques mois auparavant, à l’occasion du salon des achats responsables, à Paris.

 

« En écoutant les témoignages d’entreprises qui avaient intégré les achats responsables dans leur processus d’exploitation, je m’étais dit que ce serait formidable si cette démarche entrait dans un processus routinier d’entreprise », indique-t-elle. Dont acte.

Certes, Supermarché Match et Auchan avaient auparavant connu quelques expériences sporadiques avec le secteur du travail protégé et adapté.

« Parce que leur directeur ou leur responsable technique était sensible à la question, certains de nos magasins étaient déjà dans une démarche active avec les ESAT-EA », indique Olivia Sallé.

Mais ces initiatives locales restaient embryonnaires. Elles portaient principalement sur des travaux d’impression, de publipostage, d’entretien des espaces verts, de nettoyage ou de petite maintenance. « Lorsque nous avons enclenché notre partenariat avec le Réseau Gesat, nous nous sommes également rendu compte que certains produits émanant d’ESAT-EA étaient parfois vendus dans nos établissements », complète Quentin Briand, responsable santé-sécurité au travail chez Supermarché Match.

Ces entreprises de la grande distribution se montrent de plus en plus convaincues de la nécessité stratégique d’essaimer ces bonnes pratiques à une échelle plus large. Recourir aux ESAT-EA leur permet bien entendu de diminuer leur contribution Agefiph : « C’est le principal argument que j’utilise pour sensibiliser les directeurs de magasin », affirme Franck Martinez. En faisant appel à des prestataires aussi ancrés sur leur territoire que les ESAT-EA, les sites de la grande distribution s’inscrivent en outre dans une dynamique locale et contribuent au développement du tissu économique qui les entoure.

Référencer des produits élaborés localement permet également de se distinguer de la concurrence, de limiter les impacts sur l’environnement dus au transport et de démontrer aux consommateurs que l’enseigne assume sa responsabilité sociétale.

« Notre premier levier a d’ailleurs été de valoriser la préférence locale, souligne Amandine Bouin, responsable RSE chez Supermarché Match. C’est pour cela que nous avons fait un travail d’identification de fournisseurs locaux issus des ESAT-EA. »

Mais la politique d’achats responsables leur permet aussi de fédérer les collaborateurs autour de valeurs communes et partagées. « Notre dernier accord handicap, dans lequel l’entreprise manifeste sa volonté d’impliquer davantage les ESAT-EA, a été signé en 2019 à l’unanimité des représentants du personnel », rappelle Quentin Briand. Quant au projet d’entreprise, avec lequel les supermarchés Match ont décidé en 2017 de construire leur politique d’achats en termes d’achats responsables, il a reçu l’approbation de la majorité de ses collaborateurs. Mieux encore : en développant le volet des achats responsables, la grande distribution répond à un enjeu de ‘’marque employeur’’ essentiel pour séduire de nouveaux talents. « Nos services de recrutement se rendent compte que les collaborateurs potentiels – en particulier les jeunes diplômés – sont en recherche d’une entreprise qui se préoccupe des questions sociales et environnementales », assure Olivia Sallé. « Pour continuer d’attirer des jeunes chez Decathlon, nous savons que nous devons montrer patte blanche en matière de RSE », complète Franck Martinez.

Reste que généraliser le recours aux ESAT-EA ne se décrète pas. Pour sensibiliser les directeurs de magasins, la mise en place d’un référent national est une nécessité. « Je me présente comme un lobbyiste du secteur du travail protégé et adapté, parce que c’est moi qui identifie souvent les pistes d’achat responsable, explique Franck Martinez. Mais j’essaie d’entretenir l’autonomie des responsables de sites, afin que le recours aux ESAT-EA devienne pour eux un réflexe. » Dans leur quotidien dicté par l’urgence opérationnelle, les directeurs de magasins n’ont pas toujours le temps d’aborder cette question. « Notre rôle est de leur prémâcher le travail et de leur proposer des solutions », estime Quentin Briand. Auchan s’est aussi assuré du concours de ses équipes opérationnelles avant de signer son partenariat avec le Réseau Gesat ; fin 2019, l’enseigne a en effet organisé un atelier de travail avec ses directeurs de magasins afin d’évoquer la possibilité de convertir certains achats du secteur traditionnel en achats conclus auprès du secteur du travail protégé et adapté. Et les retours avaient été très positifs !

Il n’empêche. Pour des enseignes multisites, il n’est pas toujours facile de mobiliser les troupes sur cette thématique : le turnover interne est l’une des caractéristiques de la grande distribution. Chez Decathlon, par exemple, les directeurs de magasins passent d’un site à l’autre tous les trois ou quatre ans ; idem pour une large part de l’encadrement, notamment les personnes en charge des relations avec les ESAT-EA. Les risques de perte de la mémoire locale sont donc indéniables.

Voici quelques mois, Decathlon a donc mis en place un réseau de référents locaux : « Il s’agit de collaborateurs (vendeurs, hôtesses de caisse, responsables de rayon) désireux de s’investir dans le handicap et qui sont amenés à demeurer suffisamment longtemps sur un site pour en conserver la mémoire, explique Franck Martinez. Nous les faisons monter en compétence pour qu’ils puissent porter la bonne parole au bon moment. » A charge pour eux de suggérer aux nouveaux arrivants de recourir aux ESAT-EA lorsque l’occasion se présente. Même son de cloche du côté d’Auchan, dont la direction RSE s’appuie sur un réseau de collaborateurs organisé par territoires, qui sont chargés de partager les démarches engagées avec leurs pairs. « L’objectif est que les différentes strates de l’entreprise soient non seulement informées, mais aussi actrices de ce type de démarche », justifie Olivia Sallé. Plus généralement, la promotion des achats responsables passe aussi par les outils de communication interne. « Notre journal interne évoque les actions les plus significatives menées en la matière, relate Quentin Briand. Et chacun de nos collaborateurs est destinataire de notre rapport RSE, qui valorise aussi toutes ces actions. »

En outre, les enseignes de la grande distribution mettent en place des outils afin que chaque responsable de site puisse actionner le levier des achats responsables. En avril dernier, la direction RSE d’Auchan a travaillé de concert avec la direction des Achats Indirects afin d’intégrer des clauses sociales dans un appel d’offres national pour le tri et le traitement des déchets des magasins. L’appel d’offres comporte donc une clause pour que les entreprises répondantes présentent une démarche d’emploi de personnes en situation de handicap et travaillent en partenariat avec des ESAT-EA. Une première, pour l’enseigne : « Intégrer des clauses sociales dans un appel d’offres national, c’est une chose qu’Auchan n’avait jamais faite », souligne Olivia Sallé.

Par ailleurs, chaque année, Auchan organise en région des salons professionnels destinés aux directeurs de magasins, à l’occasion desquels des fournisseurs locaux peuvent venir présenter leurs marchandises afin de les faire référencer. « Cette année, pour la première fois, nous avons mené une démarche active pour ouvrir ces salons aux ESAT-EA qui produisent des articles susceptibles d’être vendus dans nos magasins », indique Olivia Sallé.

Enfin, et surtout, être partenaire du Réseau Gesat permet aux enseignes un accès à une base de données de 2250 prestataires ESAT-EA. « Les directeurs de magasins ont ainsi la possibilité de rechercher sur leur territoire le prestataire qui correspond exactement à leurs besoins », conclut Franck Martinez. Et ils le trouvent aisément !

Fabrice L'Hoir (fabrice.lhoir@reseau-gesat.com) Responsable du Pôle Partenariat d'Entreprises



HAUT