Témoignage entreprise

Publié le : mardi 13 octobre 2009

« En s'adressant au secteur protégé, l'entreprise recherche des prestataires de proximité »
Gérard Lefranc est aujourd'hui le responsable de la mission handicap du groupe THALES après avoir été responsable des achats  dans le groupe.

Témoignage entreprise

Que vous apporte votre expérience d’acheteur en tant que responsable de la mission handicap ?

Depuis la loi de 2005 sur le handicap, l’entreprise doit réviser ses process à tous les niveaux. Cela nécessite une relation étroite entre la mission handicap et la mission de l’entreprise. Mon expérience et ma « culture achat » m’ont donné une ouverture sur la façon dont les acheteurs vivent le process. La logique d'un acheteur est celle du gain. Il recherche donc des interlocuteurs capables d’aborder clairement la question des coûts. En outre, les politiques achats tendent vers une diminution du nombre de fournisseurs pour en faire des partenaires  à  part entière.

Cette politique de diminution du nombre de fournisseurs est-elle un avantage ou un inconvénient pour le secteur du travail adapté ?

Cette politique peut compliquer le travail du secteur protégé  et adapté qui a une capacité de production limitée et qui s’atomise en 2000 établissements différents. Dans ce contexte, l’entreprise a besoin  que le secteur protégé et adapté se structure davantage pour répondre à l’importance de ses besoins.

Mais cette politique peut être aussi un avantage. Si les missions handicap gèrent au niveau national les grandes orientations stratégiques, la recherche de prestataires se fait surtout au niveau des bassins d’emploi. En s’adressant au secteur protégé, l’entreprise recherche des prestataires de proximité dont elle a besoin pour certains services ou développements industriels. Pour la reprographie par exemple, il y a un fournisseur au niveau national, mais   le niveau local ne peut être négligé.

Comment se décline la politique d’achat dans les bassins d’emploi ?

Le groupe THALES se divise en France en sept bassins d’emploi régionaux couvrant l’ensemble du territoire. Pour chaque bassin, il y a une commission du groupe emploi handicap dans lequel on trouve à la fois les responsables ressources humaines des différentes unités Thales présentes sur le bassin d’emploi et un acheteur. Là aussi les entreprises cherchent plutôt à construire dans la durée. Elles peuvent apporter un appui pour accompagner le développement des établissements du secteur protégé et adapté. Il est aussi plus facile au niveau local de mieux anticiper les difficultés de part et d’autres. La force d’un réseau national passe ainsi par les réseaux régionaux.



HAUT