Recherche...

Chez Henkel-France, le concierge est citoyen

Il est loin le temps où le concierge était une personne en blouse grise enfermée dans une loge vitrée à gérer les clefs et surveiller les allées et venues à l'entrée d'une entreprise. Aujourd'hui, les conciergeries d'entreprises sont devenues de véritables pôles de services internes à la disposition des salariés. Un métier qui a largement évolué et qui s'ouvre désormais au secteur du travail protégé. Le Gesat invente même une marque spécifique pour cela : « Merci Oscar, conciergerie citoyenne. » L'entreprise Henkel-France est une des premières à l'expérimenter.

Chez Henkel-France, le concierge est citoyen

De la conciergerie d'entreprise à la conciergerie citoyenne

Henkel-France, leader dans le domaine des détergents, produits d’entretien, cosmétiques et Adhesive Technologies, emploie sur son site parisien de Boulogne-Billancourt 570 salariés. Depuis dix ans, l'entreprise disposait d'une conciergerie à laquelle le personnel pouvait faire appel pour de nombreux services (pressing, cordonnerie, courses d'appoint, etc.). Tout aurait pu continuer ainsi si Henkel, qui veut inscrire l'ensemble de ses activités dans l'optique du développement durable et de l'engagement sociétal, ne s'était posé la question de l'amélioration, sous cet angle, de sa conciergerie. Damase Ghesquières, un des responsables des achats chez Henkel, explique : « En tant qu'acheteur, nous devons inscrire cet objectif dans nos achats. Aussi avons-nous sollicité notre prestataire pour envisager une meilleure intégration de ces préoccupations dans ses services... Agnès Rabinovitch, qui représente Henkel au sein du Gesat, nous a alors suggéré d'aller voir du côté du secteur protégé, qui, justement, à ce moment-là mettait en place une action dans le domaine. »

Merci Oscar ! Merci Henkel !

Aidé du CCSP (Club Conciergeries Services et Partenaires), une association interprofessionnelle qui est intervenue comme partenaire technique, le Gesat créait en effet la marque « Merci Oscar, conciergerie citoyenne » pour valoriser et développer cette nouvelle activité auprès des Esat et des entreprises clientes. Henkel, séduit par l'idée, décide alors d'expérimenter le concept. « Ce que j'ai trouvé intéressant, c'est que l'échange avec le secteur du travail protégé ne s'est pas arrêté à mettre une personne en situation de handicap à la place de celle qui était là auparavant. Si nous avons démarré avec les services basiques en faisant au maximum appel à des Esat (par exemple, nous avons un service de paniers bios pour nos salariés, et c'est un Esat qui fait les paquets), nous avons eu une véritable démarche de co-élaboration pour de nouveaux services. Ainsi, à la fois pour nos véhicules et pour ceux de nos salariés, nous avions envie de créer un service de lavage de voitures. Nous avons donc demandé au CCSP de nous fournir ce service clef en main, ce qu'il est en train de faire en contactant les Esat qui pourraient assurer cette prestation. » La demande de l'entreprise induit ainsi la conception de nouveaux services du côté des Esat qui sont ouverts à toute diversification. Daniel Etcheverry, directeur général du CCSP, confirme : « En tant que conciergeries professionnelles, nous souhaitions nous aussi nous rapprocher du secteur protégé et adapté, et aller le plus loin possible dans cette direction. Pas seulement confier des prestations à des Esat, mais faire en sorte, comme chez Henkel, que ce soit un travailleur du secteur protégé qui fasse réellement le boulot du concierge. »

Rapprocher deux mondes

L'expérience est toute récente puisque la nouvelle conciergerie a ouvert sur le site de Boulogne début février 2012. Une seconde conciergerie a également été installée sur un autre site de Henkel, à Serris, en Seine-et-Marne (300 salariés). Les premières réactions sont très positives. « À Serris, on n'a prévenu personne du changement de personnel et les gens ne se sont rendu compte de rien. À Boulogne, nous avons envoyé un mail d'information pour présenter la nouvelle conciergerie et tout se passe bien ! » Il est vrai que le recrutement a été adapté en amont, que le personnel qui intervient a suivi une formation d'une semaine auprès du CCSP et que les responsables des Esat assurent un suivi très régulier, surtout en cette période de démarrage. Pour des sites plus petits, Henkel réfléchit à une conciergerie virtuelle, avec un numéro de téléphone. Mais, tout l'intérêt des réalisations de Boulogne et Serris, c'est le contact humain que permet la présence effective des concierges. « Les deux concierges de Boulogne sont ravis. Les échos que j'en ai, c'est qu'elles sont contentes de sortir de leur milieu et d'être confrontées à des personnes dites normales » rapporte Damase Ghesquières. C'est tout le pari du concept de ce genre de conciergerie : réunir plutôt deux mondes que de les maintenir séparés.

En savoir plus :

Sur le concept de conciergerie citoyenne : Dossier de présentation

Sur Henkel-France : www.henkel.fr



HAUT