Recherche...

La Matinale technique : Une rencontre entre donneurs d’ordre et ESAT/EA

Suite à la Matinale technique Banques, assurances et mutuelles à la Société Générale du 1er octobre dernier, Philippe Gardères, Chargé de mission Achats auprès du secteur adapté, nous livre ses impressions sur ce carrefour d’échanges axé sur la rencontre entre la demande des entreprises et une offre de service portée par un ensemble d’ESAT et EA ayant une dynamique de mutualisation. 

La Matinale technique : Une rencontre entre donneurs d’ordre et ESAT/EA

Que retenez-vous de cette matinale ? Avez-vous été interpellé par des prestations en particulier ?

On nous a présenté beaucoup de prestations intéressantes, mais l’année 2014 à la Société Générale sera marquée par le début des évènements célébrant notre 150e anniversaire. De ce fait, je m’intéresse plus particulièrement aux prestations liées à l’événementiel et à la création de documents. Chaque fois que cela sera possible, je m’assurerai que le STPA soit interrogé.

Les Matinales techniques ont pour objectif de valoriser les savoir-faire du secteur du travail protégé et adapté sur un métier spécifique et innovant. Quels sont vos projets pour les prochains mois ? Avez-vous l’intention d’explorer de nouvelles pistes ou de développer de nouveaux projets ?

Je souhaite  diversifier les prestations pour lesquelles nous avons recours au STPA. Récemment, nous avons commencé à rencontrer des établissements pouvant offrir des services de décoration florale. La décoration de nos agences est sans cesse à renouveler. Et même si cela n’engendre pas un chiffre d’affaires extraordinaire, cela crée au moins des possibilités de recours au STPA sur tout le territoire.

Nous avons également interrogé le STPA dans le cadre de la mise en place, dès le début de l’année 2014, de la collecte et du recyclage du papier dans nos agences. Comme tous les projets intéressant notre réseau sur l’ensemble du territoire national, il s’agit d’un chantier très important qui implique la coordination et l’adhésion de nos équipes à ce qui constitue, dans certains cas, une évolution importante des pratiques et des mentalités. Les entreprises du STPA retenues dans le cadre de l’appel d’offres de notre Direction des Achats ont fait preuve d’une remarquable technicité et d’une grande capacité d’adaptation à notre cahier des charges, très complet. Au-delà de la collecte, nous souhaitions que la sécurité et la traçabilité des documents soient assurées, et les déchets revalorisés auprès d’intervenants français.

Un autre projet sera lancé en 2014 : le recyclage du mobilier. Pour l’instant, nous n’en sommes qu’au stade de l’étude de faisabilité. L’idéal serait de mutualiser cette opération avec le recyclage DEEE, que nous confions déjà au STPA depuis plus de trois ans. Nous y travaillons, et le projet devrait démarrer dès 2014.

Par ailleurs, dans le cadre du 150e anniversaire, nous comptons produire des coffrets souvenir composés de 10 petits livres contant divers aspects de l’évolution de la Société Générale depuis sa création. Je pense que nous en fabriquerons environ 5 000. J’aimerais vraiment que ce projet soit pris en charge par le STPA, et cela dès l’impression. Il faudra, par la suite, fabriquer ces coffrets, les conditionner, etc. Je pense qu’il est nécessaire de souligner l’importance de l’implication des ESAT/EA dans ce projet à grande portée symbolique. L’image véhiculée serait très positive. D’ailleurs, notre Président-Directeur Général suit de très près nos relations avec le STPA, il est très impliqué. Je pense que le 150e anniversaire serait une bonne occasion d’ancrer le recours au STPA dans nos habitudes.

Les Matinales techniques ont également pour but de proposer des solutions concrètes de sous-traitance aux acheteurs grands comptes. Comment peut-on, justement, automatiser le recours au STPA ? Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez avec vos acheteurs et en quoi des matinales comme celle-ci vous aident-elles à les surmonter ?

Je pense que le principal problème qui se pose quand on tente d’ancrer le recours au STPA dans les habitudes des acheteurs c’est, du moins pour une entreprise comme la Société Générale, le taux de roulement dans nos instances. Les salariés changent de poste. Cela exige de nous d’être dans une démarche de sensibilisation constante. Il faut être présent sans être trop prégnants. Les matinales techniques sont donc une très bonne manière de faire valoir le STPA. Ce matin, le Numéro deux des Achats de la Société Générale était présent, tout comme des représentants d’autres entreprises qui ont déjà implanté de bonnes pratiques dans leur société. Cela fait forte impression sur nos acheteurs qui connaissent moins le milieu, ça les rassure.

On développe constamment de nouveaux besoins en interne, ce qui implique de nouvelles possibilités de recours au STPA. La Mission Handicap doit être perçue comme une solution pour nos acheteurs, et non comme une contrainte. Notre rôle est de les soutenir et d’aller au-devant de leurs demandes. Le taux de roulement fait en sorte que le secteur demeure peu connu et qu’il faut constamment revenir sur les possibilités existantes. Les idées ne manquent pas ! Cependant, il faut sensibiliser et surtout accompagner les acheteurs dans la mise en œuvre de leurs projets avec le STPA et les matinales techniques y arrivent assez bien. S’il devait y avoir une phrase à retenir de cet entretien, et je conclurais par celle-ci : « Etre à la Mission Handicap, c’est devoir toujours revenir sur l’ouvrage ».

En savoir plus : Le Réseau Gesat organise régulièrement des matinales techniques pour le compte de ses partenaires. La matinale technique est un format de rencontres autour de métiers, entre des ESAT/EA et des donneurs d’ordre.

Pour plus d’informations sur les matinales techniques organisées par le Réseau Gesat, contactez Marion PARPAITE



HAUT