De l'Esat Saint-Jean à l'Hostellerie du Château Semens

Cailles confites au foie gras de canard, anchaud périgourdin, délice de foie de volailles, canard confit aux olives, civet de cerfs, lamproie à la bordelaise... Est-il nécessaire de vous préciser notre destination ? Plein Sud-Ouest, direction le Château Sémens, au Pays de l'Entre-Deux-Mers, entre Bordeaux et Sauveterre-de-Guyenne. C'est là que l'Esat Saint-Jean, plus connu sous l'appellation commerciale de sa conserverie (Château Semens), fait vibrer les papilles des gourmands.

De l'Esat Saint-Jean à l'Hostellerie du Château Semens

La conserverie, colonne vertébrale de l'établissement

C'est sur la commune de Saint-Brice, aux portes du vignoble de Saint-Emilion, que depuis 1978 l'Esat est installé. A côté d'activités plus traditionnelles comme l'emballage, l'entretien d'espaces verts ou du service aux entreprises locales, l'établissement a vite développé une branche « gastronomie », misant sur les ressources de son territoire. La conserverie, bien que n'employant qu'un quart de l'effectif global de 80 personnes, représente 70 % du chiffre d'affaires de l'Esat. C'est sa véritable colonne vertébrale. Le nom de Château Semens qui lui a été donné vient d'un vieux château du XIIIème siècle dont on peut encore admirer de beaux vestiges sur la commune, dont une fière tour ronde, vaillamment debout.

De la tour en ruines à l'« hostellerie » moderne

C'est la beauté du site, sa situation géographique et ses attraits touristiques (le vignoble de Saint-Emilion est classé au patrimoine mondial de l'Unesco), mais surtout la volonté de diversifier les activités de l'Esat et d'offrir une nouvelle voie vers la réinsertion professionnelle de ses travailleurs, qui a conduit à la création d'un hôtel-restaurant. Juste devant la tour médiévale. « Il y avait tout ce potentiel autour, insiste Jean-Louis Cassen, le directeur. Et puis, dans la continuité des productions de la conserverie, c'était aussi une manière de mettre en avant les produits que nous fabriquions déjà. » Ainsi, l'assiette landaise, à la carte du restaurant, est un produit qui vient exclusivement de l'Esat. « Mais bien sûr, complète Jean-Louis Cassens, l'hôtel restaurant est surtout un terrain de stage pour des personnes handicapées dans leur chemin vers l'insertion dans le milieu ordinaire. » Une insertion qui est en bonne voie lorsque des clients avouent au directeur n'avoir découvert que le personnel n'était handicapé que parce qu'on le leur a dit... Jean-Louis Cassen leur explique : « Handicap, c'est un mot. Ils ne le sont pas pour vous servir ou pour s'occuper de vous. Et souvent, conclue-t-il, c'est la société aussi qui les handicape ! »

Un exemple à suivre pour la filière

Ce discours, Jean-Louis Cassen l'adresse aussi à la filière hôtellerie-restauration du secteur protégé et adapté : « C'est une filière qui est déficitaire en travailleurs handicapés. Les professionnels disent que leur métier est trop spécifique et que des personnes handicapées ne peuvent pas y trouver une place appropriée. Avec l'hostellerie du Château Semens, nous voulons montrer à la filière que cette idée est fausse ! » Et à lire les commentaires élogieux des clients de l'hôtel laissés sur les sites de réservations, on peut se dire que le pari de l'Esat Saint-Jean est gagné. « Gentillesse, disponibilité du personnel. » « Accueil très sympathique et le personnel disponible et serviable. » « L'hôtel s'inscrit dans une démarche "solidaire" en permettant à des handicapés de travailler ; ceci n'affecte absolument ni le service, ni la qualité du séjour. » « J'aime le projet entreprise adaptée et surtout le confort, la gentillesse du personnel, la qualité des prestations, chambres vastes et impeccables, repas d'un excellent rapport qualité prix et un cadre idyllique. »

L'hôstellerie Château Semens est également exemplaire pour le secteur protégé et adapté, par son montage. C'est une entreprise adaptée dont le capital est détenue à 99 % par l'association qui porte l'Esat. Avec beaucoup de touristes l'été, et plutôt une clientèle de séminaires d'entreprises le reste de l'année, le défi est aujourd'hui de faire connaître plus largement l'hôtel et le restaurant. Ouvert en 2010, il est encore peu connu et, témoigne Jean-Louis Cassen, « Quand les gens arrivent, ils disent c'est super, mais on ne vous connaissait pas ! ».

Faîtes donc passer le message et goûtez au passage la spécialité de foie gras de canard à la mangue fabriquée à la conserverie !

En savoir plus :

Le site de la conserverie (pour aussi acheter quelques bonnes conserves artisanales) :

http://www.chateau-semens.com/

Le site de l'hôtel

http://www.hostellerie-semens.com/

Figure dans les rubriques
Etablissements à la une
Blog


HAUT