Interview de Mme Marie-Laure de Guardia, Présidente du Gepso

Marie-Laure de Guardia, Présidente du Gepso
Pourriez-vous nous rappeler brièvement qui est le Gepso et quelles sont ses missions ?

Le Gepso est une Association représentant plus de 200 établissements publics sociaux et medico-sociaux présents sur l’ensemble du Territoire.

Son action s’inscrit principalement dans le champ du handicap adulte et enfant, auprès des personnes âgées et dans le cadre de la Protection de l’Enfance.

L’Association a pour but d’aider les établissements dans leur réflexion sur la mission d’accompagnement des publics en situation de vulnérabilité, que ce soit en termes d’évolution des dispositifs, de pratiques professionnelles ou de coopération partenariale.

Le Gepso considère la participation et l’implication des personnes accompagnées à leur projet de vie comme essentiel à sa réussite, thème central de la journée technique organisée le 11 décembre 2018 sur Paris.

Les établissements adhérents portent les valeurs du service public, en particulier le principe d’accueil inconditionnel et proposent des réponses innovantes pour s’adapter aux besoins et attentes des personnes et de leur entourage.

Fort de cette expertise de terrain, le Gepso défend, aux côtés de ses partenaires associatifs, la plus-value qu’apportent les établissements dans l’aide au parcours de vie de la personne auprès des décideurs publics.

Pourquoi rédiger une charte éthique dédiée à « L’inclusion professionnelle en ESAT » ?

Dans un contexte de potentielle remise en cause, le GEPSO a souhaité réaffirmer le rôle économique des ESAT sur l’ensemble des territoires et la fonction inclusive qui en découle pour les usagers accompagnés au sein de ces dispositifs.

L’accompagnement en ESAT constitue un axe important pour la construction d’un parcours professionnel, permettant l’acquisition et la mise en œuvre de compétences, reconnues par les donneurs d’ordre et ayant tous des exigences de qualité comparables au milieu dit « ordinaire ». Couplé avec un soutien médico-social, il est un atout indéniable dans la réussite du projet de vie des personnes.

Par le biais de cette charte éthique, le GEPSO a souhaité défendre 3 principes :

- La mise en œuvre de droits effectifs pour les travailleurs d’ESAT :  tout en étant protégés par le CASF, ceux-ci doivent légitimement bénéficier de bonnes conditions de travail, de droits d’expression, de formations de qualité et d’une valorisation de leurs compétences par le biais d’une rémunération adaptée.

- La valorisation de la plus-value sociale de l’accompagnement en ESAT : il permet l’insertion au quotidien dans le tissu économique local, par diverses modalités, contrats de travail, prestations, mises à disposition individuelles ou collectives, partenariat avec des entreprises locales…

-  La déontologie des pratiques commerciales : les prestations réalisées en ESAT doivent valoriser les compétences et expertises des structures et ne pas se laisser tenter par le risque de dérives mercantiles qui décrédibilisent les savoir-faire et le professionnalisme des travailleurs d’ESAT.

Quelles seront les grandes actions menées par le Gepso en 2019 ?

En 2019, l’Association poursuit son travail de valorisation des expériences et expertises de terrain de ces adhérents lors des journées conférences :

Les Assises du Handicap qui se dérouleront les 23 et 24 mai à Paris ;

Les Assises de la Protection de l’Enfance les 28 et 29 novembre 2019 à Montpellier.

Ces temps forts sont aussi l’occasion de porter la parole politique du Gepso, étayée par la réflexion des chercheurs et universitaires avec lesquels nous travaillons et par la parole de l’usager qui y est toujours présente.

Par ailleurs le Gepso est engagé dans plusieurs travaux, en particulier sur la santé des enfants de 0 à 3 ans et en lien avec l’Adesm sur les besoins en santé mentale des personnes relevant du secteur médico-social.

Enfin le thème de l’ouverture vers une société plus inclusive est au cœur de nos réflexions, de manière transversale sur l’ensemble des publics que nous accompagnons : quelle doit être la place des établissements ? Comment répondre au parcours de chacun ? Comment permettre la continuité des actions ? Le Gepso souhaite continuer à être présent dans cet enjeu d’avenir.



HAUT