Blog

ESAT L’Estuaire : un modèle d’inclusion autour de la Métallerie-Ferronnerie

Entretien avec Mathieu CAILLOT, directeur adjoint de l’ESAT L’Estuaire

L’ESAT L’Estuaire situé sur la commune de Gonfreville-L’Orcher dans la région Havraise, a un agrément de 90 personnes qui exercent des métiers dans les domaines de la sous-traitance industrielle (métallerie, couture), des services (repassage, peinture en bâtiment, entretien des locaux, cuisine interne, gestion d’un restaurant gastronomique).

Depuis plus de 10 ans, l’ESAT Estuaire a développé un savoir-faire en métallerie, pouvez-vous nous expliquer la place que cette activité occupe au sein de votre structure ?

L’activité métallerie occupe une place particulière dans l’ESAT ; elle regroupe aujourd’hui 6 personnes.

Nous travaillons aussi bien pour des particuliers pour lesquels nous fabriquons des pièces comme des portails, des rambardes, des garde-corps… que pour des professionnels qui nous sollicitent par exemple pour la découpe de tôle, du pliage, de la soudure sur inox et aluminium, etc. Nous réalisons différents types de prestations ; les travailleurs interviennent dans la réalisation des plans à la pose et l’installation sur site clients. Nous avons par exemple refait la structure métallique du toit de la Piscine municipal, nous réalisons des découpes de tôles pour une entreprise havraise spécialisée dans les travaux de revêtement et également des travaux de montage/démontage pour un des fournisseurs de Total.

Qu’est-ce que cette activité apporte aux travailleurs ?

L’activité présente un intérêt pédagogique. Elle permet d’apprendre à être vigilant, à respecter les règles de sécurité et à suivre des étapes de production.

C’est une activité très valorisante puisqu'elle permet de voir concrètement leur réalisation finale qui est le fruit de leur travail. Ce sont vraiment des pièces uniques à chaque fois, faites sur mesure. Nous favorisons la créativité au sein de l’atelier. Nous participons à des événements comme le trophée des talents d’artistes ouvriers. Pour l’édition 2018, un des travailleurs de l’ESAT a reporté un prix pour sa création en sculpture métallique. Nous organisons également des expositions pour promouvoir les créations de l’atelier.

C’est aussi une activité qui permet de travailler dans la proximité avec nos clients. Les pièces sont réalisées en partenariat avec les clients pour répondre au mieux à leurs besoins et favoriser les échanges et l’implication des travailleurs dans les réalisations.

Vous avez mis en place un partenariat original avec le lycée technique de votre territoire, pouvez-vous nous l’expliquer ?

Il y a un an, nous avons développé un partenariat avec le lycée professionnel Lavoisier du Havre avec lequel nous avions déjà des échanges réguliers. On parle toujours d’inclusion des personnes en situation de handicap dans le milieu ordinaire. Nous, nous avons développé de ce qu’on peut définir comme de l’inclusion inversée puisque nous accueillons des stagiaires issus du milieu ordinaire dans notre atelier. Ces stagiaires sont formés par les travailleurs de l’ESAT accompagnés par le moniteur. Cette logique inversée apporte énormément aux travailleurs et fait aujourd’hui la force de cet atelier. Le partenariat favorise aussi la qualification professionnelle des travailleurs en leur permettant d’assister aux cours dispensés au lycée. Ce modèle est très enrichissant, il permet au travailleur de se positionner comme une personne dotée de compétences et en mesure de transmettre un savoir-faire à des stagiaires en formation.

Quels sont vos projets à venir ?

Nous avons plusieurs projets en cours. Concernant la métallerie, on constate que nos compétences sont bien connues des particuliers. Aujourd’hui, nous nous appuyons sur les services techniques des collectivités et les entreprises de notre territoire pour étudier la possibilité de stages et faire ainsi découvrir le milieu ordinaire, aux travailleurs qui le souhaitent. Notre stratégie de développement cible d’avantage les professionnels et les entreprises. Nous investissons pour la modernisation continue de nos outils de production. Nous menons des actions pour développer notre notoriété dans le bassin havrais et faire connaitre notre offre de services. Nous utilisons différents canaux, dont les réseaux sociaux. Nous nous sommes également rapprochés d’une agence de communication pour définir notre présentation et améliorer notre visibilité. Nous faisons aussi partie d’un groupement régional d’ESAT et d’EA, le Gie Norm’Handi qui est un levier dynamique pour faire connaître nos savoir-faire.

Publié le : mardi 02 octobre 2018


HAUT